Les équipements de protection individuelle (EPI) sont destinés à protéger le travailleur contre un ou plusieurs risques. Leur utilisation ne doit être envisagée qu’en complément des autres mesures d’élimination ou de réduction des risques.

C’est à partir de l’évaluation des risques menée dans l’entreprise que doit être engagée la réflexion relative à l’utilisation des EPI.

Qu’est-ce qu’un EPI ?

Les EPI sont définis par le Code du Travail comme des « dispositifs ou moyens destinés à être portés ou tenus par une personne en vue de la protéger contre un ou plusieurs risques susceptibles de menacer sa santé ou sa sécurité ».

LES DIFFERENTS TYPES D’ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE

Complémentaires aux moyens de protection collective, les EPI regroupent un large éventail d’équipements.

Les équipements de protection individuelle vont du casque aux chaussures de sécurité, en passant par les lunettes, les masques de protection respiratoire, les bouchons d’oreille, les gants, les vêtements de protection, les harnais, etc. Ils sont destinés à protéger du ou des risques à un poste de travail : exposition cutanée ou respiratoire à un agent chimique ou biologique, chaleur, rayonnements, bruit, écrasement, choc, électrocution…

On distingue :

  • E.P.I. pour la tête
  • E.P.I pour les oreilles
  • E.P.I. pour les yeux et le visage
  • E.P.I. pour les voies respiratoires
  • E.P.I. pour le corps
  • E.P.I. pour les membres supérieurs
  • E.P.I. pour les membres inférieurs

Le choix des EPI doit se faire en fonction des risques à prévenir, des conditions de travail et des utilisateurs, et ceci très précisément (tâches réalisées par l’utilisateur, taille de l’utilisateur, composition des produits utilisés, normes en vigueur…).

L’employeur détermine, après consultation du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), les conditions dans lesquelles les EPI sont mis à disposition et utilisés, notamment celles concernant la durée de leur port.<